Felix et Ferdinand l'Herminier Société d'Histoire Naturelle l'Herminier

Biographie - Félix et Ferdinand l'Herminier

L’HERMINIER, Félix et Ferdinand, deux naturalistes de la région Caraïbe

La Société d’Histoire Naturelle l’HERMINIER porte en hommage le patronyme de deux illustres naturalistes français du XIXe siècle, ayant grandement contribués à la connaissance des patrimoines naturels de la région Caraïbe. Félix Louis et son fils Ferdinand Joseph l’HERMINIER ont réalisé de nombreux travaux et observations en géologie, zoologie (mammalogie, ornithologie, herpétologie, ichtyologie) et en botanique (cryptogames et phanérogames) dans cette vaste région. Infatigables arpenteurs de ces contrées tropicales, ils ont inventorié les patrimoines naturels, collecté d’innombrables spécimens pour leurs contemporains, et de nombreuses nouvelles espèces leur sont dues.

Félix (Louis) l’HERMINIER (1779, Paris, France – 1833, Paris, France)

Né à Paris le18 mai 1779. À seize ans, il embarque comme pilotin, mais est réformé un an plus tard. Il s’investit alors dans des études de chirurgie, chimie et de botanique à l’hôpital de Lille. Devenu pharmacien, il est nommé en Guadeloupe, en 1798, puis à Marie-Galante en l’an X (1801-1802). Ses divers travaux de pharmacie et de chimie sont salués par ses contemporains et successeurs. Honoré du titre de naturaliste du Roi en 1819 (Annuaire du Muséum, 1939), directeur du Jardin de Naturalisation, il se consacre avec passion à la connaissance des patrimoines naturels, zoologie, botanique, géologie, dans toute la Caraïbe depuis Saint-Thomas (Îles Vierges), Saint-Barthélemy, Saba, Saint-Eustache, Antigua, sans oublier la Guadeloupe qu’il connaissait si bien. Ses voyages naturalistes le mènent aussi à Cayenne, en Guyane, et en Caroline du Sud à Charleston où il fut le premier directeur du muséum d’histoire naturelle de 1816 à 1819. Il collectionne avec application oiseaux, mammifères, reptiles et insectes qu’il expédie en nombre à ses contemporains parmi les plus renommés naturalistes, ainsi qu’au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. De ses nombreux voyages et excursions, il rapporte des échantillons minéralogiques, des spécimens de mammifères, oiseaux, reptiles, insectes en grandes quantités, et par centaines des plantes et semences qu’il acclimate en Guadeloupe et expédie vivantes en France. En 1829, il est contraint de renter à Paris.

Parmi les innombrables travaux de recherche effectués par Félix Louis l'HERMINIER, de nombreux articles et observations rapportées dans les revues scientifiques, notamment en géologie, ornithologie, herpétologie et botanique dont une Nomenclature synonymique, créole et botanique des arbres et bois indigènes et exotiques observés à la Guadeloupe, ainsi que de nombreux manuscrits inédits sur l'histoire naturelle de la Caraïbe.

Franck A. MADDI

Ferdinand (Joseph) l'HERMINIER (1802, Basse-Terre, Guadeloupe – 1866, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)

Né à Basse-Terre en 1802. Il est l’un des fils de Félix Louis l'HERMINIER. En 1826, il soutient sa thèse à la faculté de Médecine de Paris. Naturaliste émérite comme son père, il est élève de BLAINVILLE, zoologiste et anatomiste français. De retour en Guadeloupe, il y exerce comme médecin et dirige l’hôpital de Pointe-à-Pitre. Lors des crises sanitaires majeures que traverse la Guadeloupe, comme celle du terrible séisme du 8 février 1843 ou l’épidémie de choléra en 1865, Félix l'HERMINIER fait preuve d’un dévouement remarquable pour secourir la population de l’archipel, ce qui lui vaudra la médaille de la Légion d’Honneur.

Tout comme son père, il est l’un des plus zélés collecteurs de spécimens pour les savants de son époque. En ornithologie, poursuivant le travail de son maître, de BLAINVILLE, il publie ses Recherches sur l'appareil sternal des oiseaux, considéré sous le double rapport de l'ostéologie et la myologie, suivies d'un essai sur la distribution de cette classe de vertébrés (1827). En botanique, il collecte et expédie d’innombrables spécimens de fougères et Lycopodiacées au professeur FÉE qui rédige son incontournable Genera Filicum (1850) et son Histoire des Fougères et Lycopodiacées des Antilles (1866).

l'HerminierEn 1872, au cœur du cimetière de Pointe-à-Pitre, la commune érige un monument funéraire en souvenir de Ferdinand Joseph l'HERMINIER.

Reconnaissance de la Guadeloupe à Félix et Ferdinand l'HERMINIER, un site remarquable sur le volcan de la Soufrière porte aussi leur nom ; c’est le célèbre « Jardin l'HERMINIER ». Autre hommage de la Guadeloupe à Félix et Ferdinand l'HERMINIER, un muséum d’histoire naturelle leur est dédié à Pointe-à-Pitre; hélas, autrefois richement doté en spécimens provenant de la région Caraïbe, ses collections ont été dispersées et/ou on disparues ; seul le bâtiment nous est parvenu.

 

l'Herm. est l'abréviation nomenclaturale officielle de Ferdinand Joseph l'HERMINIER.

Franck A. MADDI