Changements nomenclaturaux sur deux espèces d'Odonates des Petites Antilles Société d'Histoire Naturelle l'Herminier

Changements nomenclaturaux sur deux espèces d'Odonates des Petites Antilles

Nos études sur les Odonates des Petites Antilles continuent, et notamment en ce qui concerne le statut taxinomique des espèces pour lesquelles les données étaient jusque là peu concluantes. C'est le cas notamment pour Brechmorhoga archboldi et Macrothemis meurgeyi, deux Libellulidae considérés comme endémiques des Petites Antilles pour le premier et de Guadeloupe pour le second. Brechmorhoga archboldi a été diversement nommé par les entomologistes aux Antilles, sans que son appartenance à une espèce bien définie soit confirmée. Jusqu4en 2008, seule la femelle était connue, le mâle et la larve demeurant encore non décrits. Macrothemis meurgeyi a été décrit très récemment (2007) et sa présence en Guadeloupe portait à deux le nombre d'espèces appartenant à ce genre dans les Antilles (environ 40 espèces dans les Amériques).

A l'aide d'un abondant matériel issu de nos missions dans les différentes îles des Petites Antilles et les spécimens confiés par notre collègue Rosser Garrison, nous sommes penchés sur le statut de ces espèces de manière à statuer définitivement sur le statut de ces deux espèces, pour lesquelles un doute demeurait.

En ce qui concerne Brechmorhoga archboldi, décrit de la Dominique en 1970, et observé en Guadeloupe et en Martinique par la suite, l'étude d'un abondant matériel collecté dans ces deux îles, à Sainte-Lucie et à Grenade ainsi que les spécimens de Brechmorhoga praecox fournis par notre collègue Rosser W. Garrison montre que Brechmorhoga archboldi doit être considéré comme une sous-espèce insulaire de Brechmorhga praecox et nommé désormais; Brechmorhoga praecox grenadensis (Kirby, 1894).

Un article vient d'être publié par François Meurgey sur le statut de cette espèce dans la revue Zootaxa n°4079(1)  

Macrothemis meurgeyi a été décrit de Guadeloupe en 2007 par notre collègue Jerrell James Daigle sur la base de spécimens collectés à Bouillante (Basse-Terre). L'étude comparative, qui n'avait pas été faite à cette époque, avec des specimens de Macrothemis celeno (seule autre espèce du genre dans les Antilles) de Cuba, République Dominicaine et Porto-Rico montre que Macrothemis meurgeyi représente en réalité une forme plus sombre de M. celeno, propre à la Guadeloupe. Aucune différence structurelle n'ayant pu être observée entre ces deux espèces, M. meurgeyi est mis en synonymie avec Macrothemis celeno et doit être nommé ainsi désormais.

Un article vient vient d'être publié par François Meurgey sur le statut de cette espèce dans la revue Zootaxa n°4072(3)

Ces deux espèces perdent donc leur statut d'endémiques, ce qui est peu surprenant chez les Anisoptères dont les capacités de dispersion favorisent un flux de gènes plus ou moins constant entre les îles, peu favorables à un haut niveau de spéciation.